Clarifier ma position sur la censure de Soral et E&R par PayPal

Share Button

Bonjour,

 

Aujourd’hui, j’ai l’intention de revenir sur la réaction que j’ai adoptée sur la censure par PayPal du compte d’E&R que j’associe à une démarche sournoise du service visant à censurer les militants anti-sionistes et tous ceux qui osent critiquer la politique raciste du gouvernement d’extrême-droite d’Israël.

 

Je vais également tenter de répondre plus concrètement à Aurélien et à tous ceux qui affirment que Soral serait antisémite plutôt qu’antisioniste, voire qu’il soutiendrait des personnalités d’extrême-droite pro-sionistes. Je ne nie pas que Soral voue une certaine sympathie pour Trump, pour Orban, sans doute pour Salvini (qui est devenu l’idole d’une bonne partie de l’extrême-droite ultra-pro-israélienne). Je me rappelle même de l’avoir beaucoup critiqué (aux côtés d’une amie personnelle) pour son arrogance et même sa paranoïa. Je lui reproche également de faire l’éloge du “mâle alpha” et de dénigrer les autres hommes (considérés selon les gens comme lui comme des “femelettes”).

 

Mais que les choses soient bien claires, je ne veux pas pour autant cautionner sa censure par de nombreux géants de la Silicon Valley, et les événements des derniers jours m’ont fait apprendre une chose : le fait que l’on n’aime pas quelqu’un ou ses opinions ne doit en aucun cas servir à justifier les appels à le censurer, d’autant plus que comme je le disais en fin décembre et début janvier, cette censure systémique ne cible pas les personnes de façon égale.

 

L’autre jour, j’ai également pris la défense de L’informatrice zélée qui a été suspendue de Twitter et qui est sur la ligne soralienne sur les questions migratoire et sociale. Les gens comme Soral sont des ultra-conservateurs, c’est-à-dire qu’ils perçoivent l’homosexualité comme un mal qui soi-disant “menacerait notre civilisation occidentale” et qui considèrent que les hommes dits “efféminés” ne seraient pas de “vrais mecs”. En revanche, ils rejettent le racisme aveugle tant prôné par les identitaires parce qu’ils constatent (avec justesse) que parmi des migrants, il y a beaucoup de patriotes potentiels qui aiment profondément la France et qui suivent la démarche d’assimilation à la société française. C’est d’ailleurs la principale raison pour laquelle il est en ce moment en conflit avec Daniel Conversano, Boris Le Lay et les autres militants identitaires, eux qui considèrent que les migrants patriotes devraient rester chez eux et ne pas se battre pour la défense des valeurs européennes. Il y a aussi le fait que les peuples africains et orientaux ont préservé des valeurs conservatrices et traditionnelles contrairement aux Européens et aux Occidentaux, raison pour laquelle ils sont logiquement considérés comme des “alliés de circonstances” par Soral et ses adeptes. Tout ça pour dire que tant qu’à censurer Soral ou L’informatrice zélée, pourquoi ne pas censurer également Romain Espino ou Henry De Lesquen, des suprématistes blancs qui prônent un racisme beaucoup plus haineux et violent, voire même assez caricatural?

 

Mais tout cela n’est pas le plus important, l’important est qu’il y a une tentative des géants de la Silicon Valley (et des chiens de garde atlantistes et sionistes) de censurer les opinions qu’ils n’aiment pas et de bannir tous ceux qui ont l’audace d’avoir de telles opinions. Et pas besoin d’être d’extrême-droite pour affirmer cela puisque même Mediapart, un média de gauche, semble être méfiant d’une tentative du gouvernement américain d’utiliser les GAFA pour prendre le contrôle de l’Internet occidental.

 

Les seuls qui souhaitent censurer les opinions politiques qu’ils n’aiment pas sont presque tous issus de la droite néoconservatrice ou de la “gauche clintonienne”, c’est-à-dire la gauche soi-disant centriste qui est actuellement en guerre contre les militants de la gauche radicale. La véritable gauche progressiste et humaniste, en revanche, est fermement opposée à la censure des opinions dissidentes. C’est dans cet état d’esprit que cette gauche a fait campagne cette année contre la loi de Macron sur les fake news. Considérons également Jean Bricmont, un intellectuel de gauche proche de Michel Collon, qui lutte aux côtés de Noam Chomsky contre les restrictions sur la liberté d’expression, au point même de soutenir des militants négationnistes comme Robert Faurisson et Vincent Reynouard. Il fait partie de ceux qui affirment que les opinions extrémistes ne peuvent se combattre par la censure.

 

De toute façon, les événements récents ont montré que nous sommes tous dans le même bateau d’autant plus que Hanan Zahouani a été suspendue aujourd’hui de Twitter.

 

À méditer